Communiqués

Automatisation des métiers : débat sur France Culture.

Ce lundi, Olivier Guivarch était l’invité du journaliste Hervé Gardette dans l’émission radio Du grain à moudre sur France Culture. L’occasion de parler de l’automatisation des métiers, en particulier de celui de caissier dans la grande distribution, aux côtés de deux autres intervenants.

Faut-il sauver les caissières de supermarché ? C’est la question qu’a posé le journaliste Hervé Gardette lundi soir aux trois intervenants de son émission Du grain à moudre sur France Culture : Olivier Guivarch, secrétaire général de la Fédération des Services CFDT, Sophie Bernard, maîtresse de conférences en Sociologie à l'Université Paris Dauphine et chercheure à l’IRISSO (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales), et Nicolas Le Ru, économiste et membre du département Travail-Emploi-Compétences de France Stratégie.

Olivier Guivarch a expliqué qu’il ne s’agit pas d’une situation binaire où la CFDT serait pour ou contre l’automatisation des métiers. Le véritable enjeu est plutôt d’arriver à anticiper les transformations et les conséquences des progrès techniques pour qu’elles ne se développent pas au détriment des salariés. Il faut aussi pouvoir anticiper le nombre d’emplois concernés, même si c’est compliqué, pour pouvoir accompagner, informer et former au mieux les salariés. Cette anticipation n’est possible que s’il y a du dialogue social. C’est en discutant avec les employeurs qui introduisent les nouvelles technologies dans l’entreprise qu’il est possible d’anticiper la transformation des métiers. « Pour l’instant, les employeurs sont dans une recherche de la meilleure technologie qui soi. Et c’est pour ça que c’est maintenant que l’on doit discuter de ces différentes technologies » précisait-il, avant de parler des conditions de travail sur lesquelles il sera essentiel de veiller. « L’automatisation peut faire naître de nouvelles pénibilités, de nouvelles conditions de travail difficiles. Quand on passe d’un encaissement à une surveillance, cela peut rendre stressant notre métier. »

Ce sujet, plus que d’actualité, a aussi permis au secrétaire général de la CFDT Services de rappeler l’importance des syndicats auprès des salariés : « Il est clair que les conditions de travail vont évoluer, avec l’introduction de nouvelles technologies, d’où l’importance d’avoir des représentants du personnel formés, syndiqués qui ont la capacité d’agir sur le travail, d’en discuter avec les managers et les employeurs dans des commissions qui sont adéquates et dans lesquelles on peut vraiment changer le travail. C’est en changeant le travail que l’on change la société. »

 

Pour écouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/du-grain-a-moudre-du-lundi-12-fevrier-2018

Pour aller plus loin :

L'effet de l'automatisation sur l'emploi : ce qu'on sait et ce qu'on ignore : note d'analyse de France Stratégie par Nicolas Le Ru, juillet 2016, lien : http://www.strategie.gouv.fr/publications/leffet-de-lautomatisation-lemploi-quon-sait-quon-ignore

Sophie Bernard, Travail et automatisation des services. La fin des caissières ?, Toulouse, Octarès, 2012, 192 p.

Marlène Benquet, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte, 2013, 331 p.

La CFDT obtient gain de cause contre les pratiques illicites d'Amazon

Pour mettre fin aux pratiques illicites de la direction d’Amazon en terme de classification et de rémunération, la CFDT a saisi la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation (CPPNI) de la branche du commerce de détail non alimentaire.

Les organisations syndicales et patronales de la branche ont voté à l’unanimité un avis d’interprétation qui donne raison à la CFDT, seule organisation syndicale à s’être emparée concrètement du dossier de rémunération et de classification des salariés chez le leader du e-commerce.

Cet avis a valeur d’avenant et devient donc un texte de droit conventionnel.

Forte de cette décision, la CFDT n’hésitera pas à saisir les juridictions compétentes pour obtenir une revalorisation salariale et de statut pour les centaines de salariés lésés.

La CFDT continuera à dénoncer le comportement de la direction d’Amazon et son mépris du dialogue social.

Franchise- location gérance : Carrefour ne doit pas solder ses salariés

Carrefour a décidé de céder à  des  repreneurs  la  gestion de 5 hypermarchés* jugés non rentables à partir du mois d’avril. Cela concerne plus de 600 salariés !

La CFDT craint qu’à terme un grand nombre d’hypermarchés soient visés.

Le passage en location-gérance a de graves conséquences sur la rémunération et le statut collectif des salariés concernés. En effet, les repreneurs dénoncent les accords d’entreprise et ramènent la plus grande partie des avantages sociaux au niveau de la branche. C’est d’ailleurs déjà ce que vivent les salariés de nombreux supermarchés Carrefour Market ! Cette situation n’est pas acceptable.

La CFDT estime en effet la perte de rémunération à 2 mois par an pour les salariés concernés ! Elle demande donc que Carrefour compense par le biais d’une indemnité les conséquences de sa décision et qu’elle conclue une charte sociale avec les repreneurs afin de maintenir le maximum d’avantages sociaux.

Dans un premier temps et à partir du 10 janvier (début des soldes), la CFDT Carrefour, qui n’exclue aucune forme d’action dans les semaines qui viennent, appelle les salariés de tous les magasins à manifester leur solidarité en signant la pétition présentée par ses militants.

Ceci afin de soutenir l’ensemble de ses revendications durant les négociations qui se déroulent actuellement.

*Montluçon, Château-Thierry, Cahors, Flers et Saint-Lô

Ponction des recettes fiscales dans les CCI : la CFDT-CCI appelle à manifester le 10 octobre

LE PILLAGE DES RESSOURCES DES CHAMBRES, CA SUFFIT !!!

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI), établissements publics gérés par des chefs d’entreprise et financés par un impôt prélevé sur les entreprises, ont déjà subi deux réformes territoriales depuis 2013. En perdant ¼ de ses établissements et 30% de ses effectifs, le réseau a déjà largement contribué à l’effort de redressement des comptes publics. Ces réorganisations se sont accompagnées d’une forte baisse de ressources (- 35%) imposée par les lois de finances successives avec pour conséquences :

  • des services désorganisés, des agents surchargés de travail, des situations de souffrance au travail qui se multiplient, à tel point que l'on peut parler de « syndrome France-Télécom » dans le réseau consulaire !
  • la perte importante d’expertise dans la formation et dans les missions d’appui aux entreprises est criante. Elle prive les TPE-PME (97% des entreprises) des services de proximité.

La nouvelle baisse de 17% de la recette fiscale (soit 150 Md’€) inscrite dans le projet de Loi de finances 2018 est LA PONCTION DE TROP !!!

Dans un contexte ou depuis 8 ans les agents subissent, la perte de leur pouvoir d’achat (gel du point d’indice, future hausse de la CSG), les présidents des Chambres annoncent dès à présent de nouvelles suppressions de postes dans le réseau.

La CFDT-CCI dénonce les contradictions du gouvernement entre sa volonté de relancer l’économie tout en réduisant drastiquement et sans discernement les moyens affectés aux acteurs économiques chargés de son développement sur les territoires.

La CFDT-CCI appelle les personnels des Chambres à manifester le mardi 10 octobre prochain sur l’ensemble du territoire national.

Contact Presse

Laurence Dutel, Secrétaire Générale CFDT-CCI
07 87 12 50 40 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Outils

Partenaires

A propos