Tensions sur l’un des sites de l’entreprise Ontex

En réaction au simulacre des négociations annuelles obligatoires (NAO), plus de la moitié des 240 salariés du site de l’entreprise Ontex, situé à Wasquehal dans la banlieue Lilloise, est en grève depuis une semaine.

La tension ne faiblit pas depuis la convocation de quatorze salariés au palais de justice de Lille pour blocage des accès.

Le tribunal a désigné un médiateur afin de réunir les conditions pour engager les discussions entre la direction du site et les instances représentatives du personnel.

Malgré le mécontentement des salariés confrontés à un climat social dégradé, la direction continue à faire la sourde oreille.

Pour la CFDT , il est de la responsabilité de l’entreprise de veiller à ce qu’un dialogue social constructif puisse exister en bonne intelligence entre les différents acteurs. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

La CFDT, en intersyndicale avec la CFTC et la CGT, rappelle ses revendications :

- Une augmentation générale de 3 %

- Le maintien de la prime de production pour le personnel qui en bénéficie

- La création d’une prime de 40 euros pour le personnel qui n’en bénéficie pas.

Les résultats de l’entreprise sont depuis deux ans en nette amélioration. Ils doivent donner lieu à une contrepartie pour les salariés. C’est une question de justice sociale.

Laissez un commentaire

La réglementation européenne a exigé des structures qui interagissent avec des données qu'elles énoncent leur politique et leurs pratiques en la matière.
La Fédération des Services CFDT s'engage à protéger votre vie privée, et dans un soucis de transparence, votre nom et votre adresse e-mail nous servira exclusivement à vous identifier et éviter tout spam.
Le service communication de la Fédération des Services CFDT se tient à votre disposition si, conformément à la loi « informatique et libertés », vous souhaitez exercer votre droit d’accès à vos données et/ou les rectifier.
Pour nous contacter : webmaster@cfdt-services.fr

Aussi, nous vous remercions d'indiquer vos nom, prénom et votre adresse email réelle. Les abus seront supprimés !
De même, votre commentaire doit être en relation directe avec l'article.

Outils

Partenaires

A propos