Castorama : La CFDT manifeste le mercredi 27 mars aux côtés de Laurent Berger et des salariés.

 

La semaine dernière, la CFDT, première organisation syndicale chez Castorama, apprenait l’intention du groupe Kingfisher de fermer neuf magasins Castorama et deux magasins Brico Dépôt en France d’ici 2020.

Après deux plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui ont touché 500 salariés, ce sont à présent 800 salariés et leur famille qui sont  sacrifiés sur l’autel du profit. Cela sans compter l’impact que ces fermetures auront sur les emplois indirects liés à l’activité de l’entreprise.

La CFDT, première organisation syndicale représentative chez Castorama, s’insurge de l’utilisation faite par Kingfisher France des impôts des citoyens (au travers des exonérations fiscales et des crédits d’impôts accordés aux grandes entreprises) qui ne servent ni à préserver la compétitivité du groupe, ni les emplois, mais à augmenter les dividendes reversés aux actionnaires.

La CFDT manifestera le mercredi 27 mars 2019, de 14h à 17h, sur l’esplanade de la Défense à Paris, aux côtés de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, présent de 15h30 à 16h, et des salariés de Castorama.

La CFDT, mobilisée, exige que le groupe revoit sa politique de rationalisation des coûts concernant les effectifs et entend bien peser lors  des négociations du PSE qui vont débuter afin de défendre les droits des salariés.

Repères :

  • 13 000 salariés travaillent chez Castorama;
  • 102 établissements sont répartis sur l’ensemble du territoire français;
  • La CFDT est la première organisation syndicale chez Castorama avec 41,14%, devant FO (23,59%), la CGT (17,48%), la CFTC (12,04%) et la CGC (5,75%).

[Communiqué] Restructuration chez Meuble IKEA France : la direction de l’entreprise avance les yeux bandés

Le 21 novembre 2018, le groupe IKEA a annoncé vouloir supprimer  7 500 postes dans le monde d’ici 2020. Ces suppressions d’emplois représentent près de 5% des effectifs totaux de l’entreprise, qui compte actuellement plus de 160 000 salariés répartis dans 30 pays. Un porte-parole du Ingka Holding, la maison mère d’Ikea Group, a annoncé une répercussion sur l’ensemble des marchés.

Lors du Comité Central d’Entreprise du 19 Mars 2019, la direction de Meuble IKEA France a annoncé un premier déploiement (de leur nouvelle organisation) qui devrait être suivit de deux autres. Cette vague nous annonce une première restructuration des fonctions ressources humaines (RH), immobilier et expansion ainsi que CFF (satisfaction client). Dans la fonction RH, 74 postes devraient être supprimés dans les magasins et 33 postes seraient créés au niveau du siège social.

A ce stade, deux entités françaises IKEA se restructurent en parallèles (Dépôts et MIF), ce qui pose un problème sur la vision globale. Des postes pourraient être supprimés, d’un côté comme de l’autre, sans avoir une vision et une solution commune.

La CFDT IKEA France a demandé à la direction générale :

  • La mise en place d’un comité de groupe
  • La convocation d’une instance de coordination des CHSCT pour la mise en place d’une expertise nationale.

Nous estimons que les prochains déploiements devraient impacter des centaines de salariés dans l’entreprise.

[Communiqué] Castorama : Dividendes augmentés pour les uns, emplois menacés pour les autres, la CFDT dénonce.

Le conseil d’administration du groupe britannique Kingfisher a décidé de fermer neuf magasins Castorama et deux magasins Brico Dépôt en France d’ici 2020, alors que le montant des dividendes versé aux actionnaires s’élève, comme prévu, à 431 millions d’euros en 2019.

La CFDT, premier syndicat français, est indignée par cette décision. Les 30 millions d’euros perçus annuellement par le groupe, grâce aux allègements fiscaux, n’ont servi qu’à augmenter les dividendes des actionnaires anglais. En conséquence, après la délocalisation de certaines activités en Pologne l’an dernier et la suppression des métiers comptables et d’assistants R.H au sein du groupe, un troisième Plan de sauvegarde de l’emploi se profile.

800 salariés et leur famille seront à coup sûr impactés par ces fermetures de magasins et leur avenir est désormais incertain. La CFDT, engagée depuis toujours au côté des salariés, dénonce le comportement immoral de ces financiers qui font totalement abstraction du sort de leurs employés.

Promoteur 3.0 : une application mobile pour préparer le futur des métiers de la promotion immobilière

Une préoccupation de longue date, qui a initié une démarche inédite

Déjà soucieuse de la révolution à venir, la branche de la promotion immobilière lançait en 2016 une étude participative s’appuyant sur la contribution directe de plus d’une centaine de personnes dont les parties prenantes du secteur de la promotion immobilière (architectes, urbanistes, financeurs, etc.). Cette étude, qui visait à révéler les impacts du digital sur la profession et ses métiers, a alors fait émerger la volonté de proposer un outil de sensibilisation au digital des professionnels, prémices de l’application Promoteur 3.0 !  L’objectif étant de provoquer une prise de conscience amenant les professionnels à se questionner sur le sujet du digital, et ainsi initier des départs en formation.

Un projet réalisé en collaboration avec l’Etat, le FSE et AGEFOS PME

Conscient de l’impact de la révolution numérique, sur tous les secteurs, les emplois et les métiers, AGEFOS PME a lancé en novembre 2016, en collaboration avec la DGEFP[1], un EDEC[2] sur la transition numérique.

A la fin de l’année 2017, la Branche de la promotion immobilière signait un nouvel accord cadre avec 15 branches professionnelles et une Fédération.

ATAWADAC, ROPO, IOT, etc, tous ces mots barbares n’auront plus de secret pour les professionnels de la promotion immobilière ! En ce début d’année, la branche professionnelle lance l’application Promoteur 3.0, un outil permettant aux professionnels du secteur de se saisir de la question de la digitalisation au plus vite.

Une application innovante qui répond à un enjeu fort pour le secteur de la promotion immobilière

Grands enjeux du digital, big data, BIM[3], SIG[4], smart city, objets connectés professionnels, nouveaux modes de travail sont autant de sujets abordés par l’application, dont la création fut elle-même innovante et surtout collaborative, puisqu’elle a réuni des professionnels du secteur, des étudiants, des experts du digital ainsi que les partenaires sociaux.

Disponible gratuitement sur tous les stores, l’application Promoteur 3.0 commence par un test de maturité digitale qui attribue un profil : padawan, aventurier ou jedi. Un parcours personnalisé est ensuite établi, avec différents jeux et quizz à réaliser. Mobile jusqu’au bout, l’application Promoteur 3.0 permet également de travailler hors ligne !

Un projet réalisé en collaboration avec l’Etat, le FSE et AGEFOS PME

Conscient de l’impact de la révolution numérique, sur tous les secteurs, les emplois et les métiers, AGEFOS PME a lancé en novembre 2016, en collaboration avec la DGEFP[1], un EDEC[2] sur la transition numérique.

A la fin de l’année 2017, la Branche de la promotion immobilière signait un nouvel accord cadre avec 15 branches professionnelles et une Fédération.

C’est dans ce cadre qu’elle  a choisi une jeune agence d’innovation et de design pour la co-construction d’une application Promoteur 3.0. Ce projet s'élève à 98 700 € et a bénéficié d'un co-financement de la part de la DGEFP et du Fonds Social Européen.

ApplestoreGoogle

[1]légation Générale à l’Emploi et la Formation Professionnelle

[2] Engagement pour le développement de l’emploi et des compétences

[3] Le BIM ou Building Information Modeling : maquette numérique 3D.

[4] Système d'information géographique (SIG) : système d'information conçu pour recueillir, stocker, traiter, analyser, gérer et présenter tous les types de données spatiales et géographiques.

bandeau-logos-FSE-v2.jpg

La CFDT conforte sa première place chez Rexel

La CFDT conforte sa position de leader chez Rexel (distribution de matériel électrique,4500 salariés)  et augmente même son audience de 5,2 % arrivant à 49,4 %.

Félicitation à toute l’équipe et encouragements pour le deuxième tour.

BCD Travel : topissime

L’équipe BCD Travel (agences de voyages) a fait un score extra aux élections CSE en faisant 100% des voix et l’ensemble de ses 16 candidats élus (8 titulaires, 8 suppléants).

La CFDT a trouvé son équilibre dans une équipe alliant des représentants expérimentés et de nouveaux engagés.

Solides dans leurs positions, le bilan de la mandature précédente est impressionnant : actions réussies pour l’embauche, l’adaptation de matériels, des avantages sociaux incrémentés, des alertes de sens sur les stratégies de l’entreprise, la négociation d’avantages collectifs et l’accompagnement et l’information permanents des salariés.

La Fédération des services félicite toute l’équipe, coordonnée par leur hardi DS François Poittevin et leur souhaite plein de réussite pour une mandature qui ne sera pas sans efforts, mais avec des avancées encore.

Prime exceptionnelle : la CFDT renouvelle sa demande pour tous les agents des chambres de métiers et de l'artisanat

Suite à l’annonce du Président de la République du 10 décembre dernier, la CFDT a demandé en CPN 56 si cette mesure était applicable au personnel des CMA. La réponse vient de nous parvenir : les CMA sont bien concernées (voir circulaires en annexes). Nos employeurs peuvent verser cette prime défiscalisée sous réserve de la verser avant le 31mars 2019 et de définir des critères transparents et équitables.Plus de 74 % des entreprises privées et publiques ont déjà annoncé son versement et les TPEPMEsont à la pointe. Des questions se posent aujourd’hui : serons-nous nous aussi destinataires de cette prime ? Ou bien serons-nous une nouvelle fois des salariés oubliés, « des laissés pour compte»alors que nos employeurs versent cette prime dans leurs entreprises ? Nos employeurs préfèreront-ils reverser plusieurs dizaines de millions d’euros à l’Etat (voir rapport de Bercy de mars 2018 non contesté à ce jour par CMA France) ? Ou bien un premier signal de reconnaissance du travail sera t-il enfin envoyé à tous les personnels des CMA après 8 ans de blocage de la valeur du point ? La balle est dans le camp de nos employeurs !Plus que quelques jours pour connaitre leur décision …

Salariés du particulier employeur : la CFDT n’est pas signataire de l’avenant sur les minima salariaux du 9 janvier 2019.

La FEPEM n’était pas demandeuse d’une négociation salariale, ce qui ne facilite pas la négociation quand il n’y a qu’un seul acteur patronal. La CFDT, pour éviter la poursuite du détricotage de la grille du fait de la diminution des écarts entre les niveaux, a maintenu sa position de 2018 - qui est notamment de respecter l’accord de classification - sans avancer de % d’augmentation pour mettre en lumière les exigences complètement utopiques de FO et CGT qui demandaient entre 3 et 4% de revalorisation sans aucun argumentaire. L’UNSA a demandé 2,5% d’augmentation de la grille des minimas salariaux et ne s’est pas ralliée à la CGT et FO car le nouvel arrivé a trouvé légitime la demande de la CFDT. CFDT qui a aussi glissé à la FEPEM qu’il serait cohérent d’augmenter la grille au moins du même % de revalorisation des prestations IRCEM (1,8%).

Formation des personnels des chambres de métiers et de l'artisanat : les moyens réduits à néant

Lors de la réunion du 14 février dernier, le collège employeur a annoncé la fin prochaine du CNPF* à la demande des services de l’Etat, mais sans fournir le moindre texte à l’appui.

Les conséquences seront désastreuses pendant cette période de transformation du réseau des CMA, car les moyens nécessaires au reclassement et à la reconversion des agents des CMA vont disparaitre brutalement.

Le système de financement de la formation continue des agents des CMA, prévu au Statut du Personnel des CMA depuis 2009, a permis de répondre efficacement aux demandes des agents et des CMA.

Cette formation est un levier essentiel de la GPEC*, dont la mise en place urgente demandée par la CFDT a été enfin actée par l’ensemble des partenaires sociaux.

Les employeurs locaux sont les seuls responsables de la très faible utilisation depuis plusieurs années du fonds de sécurisation mis en place sur proposition de la CFDT.

La disparition annoncée du CNPF, suite à une décision soudaine et arbitraire, laisse présager un manque cruel de moyens pour aider le réseau dans  un moment crucial.

Une telle décision irresponsable laisse présager des conditions chaotiques d’évolution des CMA.

 

* Le Conseil National Paritaire de la Formation (CNPF) est l’instance paritaire qui assure la gestion de la formation continue des agents du réseau

* Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos