Déclaration au Comité d'Entreprise Européen ACCOR

Comité d’entreprise européen ACCOR

Déclaration des membres

Les membres du comité d’entreprise européen Accor, réunis à Genève lors de la réunion plénière des 23 et 24 octobre 2014, souhaitent unanimement manifester leur profond mécontentement concernant l’absence totale d’application des valeurs de confiance et de respect défendues par le groupe depuis sa création.

En violation totale de l’article 3 du texte de constitution du comité européen Accor signé le 10 juin 1996, les membres du CEE demandent le rétablissement de ces valeurs et des principes d’information et de consultation prévus dans la convention de constitution du CEE et ce, en amont, et dans un délai suffisant, de la mise en oeuvre de projets qui ont un impact fort sur l’emploi et les conditions de travail (par exemple, cession d’hôtels Accor à Orbis, le projet Welcome, …).

Le comité européen ne souhaite plus être nié dans son existence et dans son fonctionnement et exige d’être associé à tout projet important du groupe.

Accord temps partiel pour les gardiens concierges et employés d'immeuble : pour la CFDT Services, c'est NON !

 

La CFDT a décidé de ne pas signer l’accord sur la rénovation de l’organisation du temps partiel dans le secteur des gardiens concierges et employés d’immeuble *.

 

Cet accord propose en effet une durée hebdomadaire minimale largement en dessous du socle minimal de 24 heures fixé par la loi sur la sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013.

 

Même si cet accord apporte quelques avancées pour les concierges, il met en place un régime dérogatoire pour les employés d’immeuble et prévoit un seuil en fonction de la taille des résidences, soit entre 2 heures/semaines à 14 heures semaine.

 

Si la CFDT et l’ensemble des organisations syndicales étaient d’accord pour la mise en place d’un seuil en fonction de la taille des résidences, la Fédération des Services CFDT refuse que les bases horaires soient aussi faibles et ne permettent pas de déprécariserla situation des employés d’immeuble en leur permettant d’accéder, par exemple, aux prestations en espèces de l’assurance maladie.

 

Pour la Fédération des Services CFDT, les garanties restent maigres et les seuils proposés par les organisations patronales trop faibles au regard des contreparties.

 

Nous ne pouvons que déplorer la qualité du dialogue social dans la branche qui fait des employés d’immeuble des variables d’ajustement.

 

Pour la CFDT, il n’est pas question de brader le droit des salariés, et d’abandonner la proie pour l’ombre.

 

 

 

 

*Repères :

Le secteur des concierges, gardiens d’immeuble compte 54 070 entreprises et 70 800 salariés dont 65,1 % de femmes.

58% des salariés ont 50 ans et plus.

46,2% des salariés sont à temps partiel (au 31/12).

24% des salariés de moins de 29 ans sont en CDD.

100 % des salariés sont dans la catégorie « employé ».

Source : la DARES, données statistiques à fin 2011

 

 

 

 

 

 

Travail temporaire, des actions juridiques contre productives

FO vient d’annoncer qu’elle avait déposé un recours auprès du conseil d’état afin d’annuler l’extension de l’accord du 10 juillet 2013 permettant l’accès au CDI pour les intérimaires arguant que les partenaires sociaux ne sont pas légitimes à créer un nouveau contrat de travail.

L'organisation patronale de la branche, Prism’Emploi, a annoncé qu’à l’avenir ils seraient plus retissant à créer du droit social dans la branche, l’ensemble des signataires de l’accord ont mis FO devant leurs responsabilités en cas d’annulation de l’extension.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos