Formation des personnels des chambres de métiers et de l'artisanat : les moyens réduits à néant

Lors de la réunion du 14 février dernier, le collège employeur a annoncé la fin prochaine du CNPF* à la demande des services de l’Etat, mais sans fournir le moindre texte à l’appui.

Les conséquences seront désastreuses pendant cette période de transformation du réseau des CMA, car les moyens nécessaires au reclassement et à la reconversion des agents des CMA vont disparaitre brutalement.

Le système de financement de la formation continue des agents des CMA, prévu au Statut du Personnel des CMA depuis 2009, a permis de répondre efficacement aux demandes des agents et des CMA.

Cette formation est un levier essentiel de la GPEC*, dont la mise en place urgente demandée par la CFDT a été enfin actée par l’ensemble des partenaires sociaux.

Les employeurs locaux sont les seuls responsables de la très faible utilisation depuis plusieurs années du fonds de sécurisation mis en place sur proposition de la CFDT.

La disparition annoncée du CNPF, suite à une décision soudaine et arbitraire, laisse présager un manque cruel de moyens pour aider le réseau dans  un moment crucial.

Une telle décision irresponsable laisse présager des conditions chaotiques d’évolution des CMA.

 

* Le Conseil National Paritaire de la Formation (CNPF) est l’instance paritaire qui assure la gestion de la formation continue des agents du réseau

* Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Les employeurs de la sécurité privée tentent un hold-up !

Par arrêté du 27 février 2017 le ministère de l’Intérieur a fixé les conditions dans lesquelles les agents privés de sécurité doivent suivre une formation de maintien des acquis et des compétences de 31 heures pour obtenir le renouvellement de leur carte professionnelle.

Une grande majorité des entreprises du secteur estime que la formation est plus un coût qu’un investissement et une grande partie des effectifs en activités se retrouve en carence de formation.

Depuis l’obligation de détenir des certificats de qualifications professionnelles propres à chaque activité pour l’obtention d’une carte professionnelle, les centres de formations des entreprises de sécurité privée ont gagné le jack pot en formant les demandeurs d’emploi plutôt que leurs propres salariés*.  

La formation :  activité parallèle des entreprises de sécurité

L’Union des entreprises de sécurité privée a ainsi demandé :

  • que la délivrance au titre d’un individu de la carte professionnelle soit obligatoire et relève d’une démarche de l’agent qui devra utiliser son compte personnel de formation
  • que l’enquête ait lieu avant la mise en formation des agents

Pour la CFDT, si la deuxième requête peut s’entendre, la première est un vol manifeste et une contradiction insupportable. La situation économique du secteur est de l‘entière responsabilité des employeurs qui, depuis de nombreuses années et à force d’acquisitions de marchés au plus bas prix, ne permettent plus, selon les entreprises, de refacturer les coûts de formations aux clients.

Le compte personnel de formation peut être une deuxième chance professionnelle pour un salarié qui viendrait à perdre son habilitation, il ne doit pas servir à combler le manque d’engagement des entreprises de sécurité privée pour l’employabilité de leurs salariés.

 

* Depuis l’instauration des CQP mis en place par la CPNE FP et imposés par le ministère de l’intérieur, le nombre de centres de formation ne cesse de croitre.  Ces derniers tournent effectivement à plein régime, le nombre de cartes professionnelles valides en février 2017 était de 317 019 alors que le nombre de salariés en activité est de 160 000. Cela veut dire que les centres de formation ont formé autant d’agents qu’il n’y en a dans les entreprises en activité. Sauf que former des candidats à un emploi rapporte de l’argent, former ceux qui sont déjà en activité coute aux entreprises.

 

 

Metiersdelamode.com : un nouveau site pratique pour les salariés de l’habillement

Les partenaires de la branche de l’habillement, syndicats et patronat, ont mis en œuvre un site d’informations pratiques pour les salariés qui peuvent y déposer  leur CV, consulter les offres d’emploi et voir la cartographie des métiers.

Un espace dédié à la formation sera également prochainement disponible.

Alors si vous êtes salarié-e du secteur ou êtes en recherche d’emploi ou d’information sur les entreprises succursalistes de l’habillement, il ne vous reste plus qu’à cliquer :

http://metiersdelamode.com/

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos