[Communiqué] Restructuration chez Meuble IKEA France : la direction de l’entreprise avance les yeux bandés

Le 21 novembre 2018, le groupe IKEA a annoncé vouloir supprimer  7 500 postes dans le monde d’ici 2020. Ces suppressions d’emplois représentent près de 5% des effectifs totaux de l’entreprise, qui compte actuellement plus de 160 000 salariés répartis dans 30 pays. Un porte-parole du Ingka Holding, la maison mère d’Ikea Group, a annoncé une répercussion sur l’ensemble des marchés.

Lors du Comité Central d’Entreprise du 19 Mars 2019, la direction de Meuble IKEA France a annoncé un premier déploiement (de leur nouvelle organisation) qui devrait être suivit de deux autres. Cette vague nous annonce une première restructuration des fonctions ressources humaines (RH), immobilier et expansion ainsi que CFF (satisfaction client). Dans la fonction RH, 74 postes devraient être supprimés dans les magasins et 33 postes seraient créés au niveau du siège social.

A ce stade, deux entités françaises IKEA se restructurent en parallèles (Dépôts et MIF), ce qui pose un problème sur la vision globale. Des postes pourraient être supprimés, d’un côté comme de l’autre, sans avoir une vision et une solution commune.

La CFDT IKEA France a demandé à la direction générale :

  • La mise en place d’un comité de groupe
  • La convocation d’une instance de coordination des CHSCT pour la mise en place d’une expertise nationale.

Nous estimons que les prochains déploiements devraient impacter des centaines de salariés dans l’entreprise.

Fermeture d’hypers et restructuration dans le groupe Casino : la CFDT demande des comptes et adresse une lettre ouverte au PDG

Les salariés du groupe Casino et leurs représentants ont appris par la presse le projet de restructuration du groupe qui risque de laisser sur la touche de nombreux salariés.

La CFDT vient d’adresser une lettre ouverte à Jean-Charles Naouri, PDG du groupe, pour demander la tenue d’un comité de groupe extraordinaire mais pas que.

Dans ce courrier, la CFDT dénonce également le manque de considération - totalement décomplexé -  de la direction vis-à-vis des organisations syndicales qui n’ont été ni associées ni  entendues sur le projet de restructuration révélé ce jour dans la presse.

La CFDT ne laissera pas faire n’importe quoi avec l’avenir des salariés.

Communiquer sur ses valeurs sociales, c’est bien. Les appliquer, c’est mieux.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos