Les négociations nationales dans les Hôtels Cafés Restaurants ? Une grille de salaire et puis c’est tout ! répond le patronat.

Depuis 2017, le patronat impose le « sur place » sur des sujets tels que le travail du dimanche, le toilettage de la grille de classification, les chèques vacances, les saisonniers, et une multitude d’autres thèmes restés en suspens...

Il a fallu batailler dur pour arracher l’accord de revalorisation des salaires minima qui fait bénéficier aux salariés d’une augmentation moyenne de 1,4% tous niveaux confondus.

Or, la négociation salariale n’est qu’un des sujets de négociations sur plus d’une dizaine de thèmes obligatoires (handicap, égalité pro, etc.).

La CFDT exige des véritables négociations et non des négociations de façade pour les 800 000 salariés de la branche, dont la majorité sont des salariés précaires avec des conditions de travail de plus en plus pénibles.

La branche ne peut gagner en attractivité si le collège patronal continue de cultiver une déliquescence du dialogue social.

La CFDT a pris ses responsabilités en faisant des propositions constructives et réalistes, lors des commissions paritaires.

Au tour des autres partenaires sociaux de la branche d’assumer leurs responsabilités.

Les salaires de la branche de la restauration rapide sont revalorisés de 1,3% et de nouveaux droits aux congés sont créés

La CFDT a signé un nouvel accord salaires dans la restauration rapide et un accord annexe sur l’amélioration des conditions de travail des salariés.

Le pouvoir d’achat des salariés est revalorisé à 1,3% en moyenne.

Une nouvelle tranche est créée pour la prime annuelle conventionnelle (PAC), ce qui nous rapproche un peu plus d’un futur 13ème mois pour les salariés de la branche.

Anciennetés

Montant brut

1 à - 3 ans

170€

3 à - 5 ans

200€

5 à - 10 ans

270€

+ 10 ans

370€

La CFDT a également signé un accord qui permet d’améliorer la qualité de vie au travail des salariés dont ceux qui travaillent de nuit. Cet accord prévoit : 

  • L’augmentation de majoration de nuit entre 2h et 6h à 30%,
  • L’extension du transport de nuit au VTC et une revalorisation du remboursement à 21€,
  • La création d’un congé spécial déménagement de 2 jours rémunérés,
  • La création d’un congé étudiant qui accorde 5 jours de congés non rémunérés tous les 60 jours travaillés.

Rémunération : revalorisation des salaires dans la branche des Agences de voyages et des guides

Après plusieurs mois de négociations, les partenaires sociaux (collège patronal et collège salariés) sont parvenus à un accord pour rehausser les salaires dans la branche des agences de voyages et des guides.

Le premier niveau est porté à 1 510 €, soit une augmentation de 1,53%. Les autres niveaux connaissent une augmentation de 1%.

Les grilles salariales des guides n’ont pas été mises de côté, et sont aussi revalorisées de 1% sur tous les forfaits.

Quoique modeste, l’augmentation aura un impact sur les salariés payés au minimum de la grille conventionnelle de branche et également sur l’ensemble des salariés dont la prime d’ancienneté est calculée sur ces minima.

Pour la CFDT, cette hausse était le minimum acceptable, et estime que l’augmentation progressive doit se poursuivre sur le long terme.

Les entreprises du secteur, qui souffrent d’un fort turnover et de perte de compétences, a besoin de retrouver de l’attractivité et de partager les perspectives favorables du tourisme avec les salariés.

L’accord a été signé le 20 avril par l’ensemble du collège patronal, LEDV et SETO, et l’intégralité des organisations syndicales de salariés (à l’exception de la CGF-F0) : CFDT, CGT, CFTC, UNSA, CFE-CGC. Il est donc applicable dès maintenant dans l’ensemble des entreprises dépendant de ces deux organisations patronales, et sera applicable à son extension pour les autres entreprises.

Les dispositions de l’accord en résumé :

  • Le groupe A est réévalué à 1510 € (+1,53%) ;
  • Les groupe B à G sont augmentés de 1% ;
  • Les forfaits des guides et guides accompagnateurs sont augmentés de 1% ;
  • Les forfaits des guides interprètes de la Région Parisienne sont réévalués de 1% ;
  • L’indemnité du coût de repas est augmentée à 18,60 € ;
  • Applicable dès maintenant pour les entreprises adhérentes organisations patronales LEDV ou SETO, et à la date d’extension pour les autres entreprises.

Repères

La branche professionnelle des agences de voyages compte près de 2 750 entreprises pour 30 953 salariés.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos