La CFDT CMA apporte son soutien total à son représentant de la chambre des métiers de la Seine-Saint-Denis

Chambre de métiers et de l’artisanat de la Seine-Saint-Denis (CMA 93)

La CFDT CMA apporte son soutien total à son représentant

Etonnamment, deux jours après le mouvement de grève des personnels de la CMA 93, le délégué syndical CFDT s’est vu notifier, de la part de la direction de cette CMA, une obligation « de garder ses distances » avec un agent de la CMA ainsi qu’avec « tout le personnel féminin de la CMA ».

Les accusations portées par cet employeur portent gravement atteinte à l’intégrité morale de notre représentant.

Cette décision brutale n’a fait l’objet d’aucun débat contradictoire préalable et a profondément blessé un militant qui s’investit sans relâche dans le cadre des valeurs de la CFDT.

Il faut malheureusement noter que l’ancien délégué syndical CFDT avait déjà fait l’objet de menaces durant un mouvement social.

La CFDT CMA apporte son soutien total à notre délégué syndical et interviendra à ses côtés afin qu’il soit rétabli dans ses droits et dans son honneur.

Depuis plusieurs années, cette CMA connait de très fortes tensions sociales et une réelle dégradation des conditions de travail qui génère des situations de souffrance chez de nombreux agents. Ainsi les graves dysfonctionnements dans l’organisation des services avaient conduit le personnel à se mobiliser le 15 janvier.

 

 

Prime exceptionnelle : point d’étape dans le secteur des Services

En décembre, le président de la République a appelé les entreprises à verser à leurs salariés une prime exceptionnelle de fin d’année.

Les équipes de la CFDT Services n’ont pas manqué d’interpeler leur direction pour demander le versement d’une prime exceptionnelle aux salariés.

Des discussions sur le montant et les modalités d’attribution de cette prime défiscalisée ont pu avoir lieu dans des entreprises. Dans d’autres, les décisions ont été prises unilatéralement ou les discussions sont encore en cours.

La Fédération des Services à la responsabilité de suivre des branches professionnelles où, trop souvent, les négociations sont difficiles alors que beaucoup de salariés souffrent de précarité du fait des salaires très bas, des contrats courts et du temps partiel subi.

Prévention sécurité : les organisations syndicales stoppent les négociations

La stratégie patronale, qui consiste à accepter les exigences toujours plus nombreuses des clients et à pratiquer le moins disant commercial, lors des appels d’offres, risque de détruire un secteur déjà en dégénérescence sociale et économique.

Les employeurs ont pour stratégie de rémunération de faire coller le premier coefficient de la grille des minimas conventionnels au SMIC, ce qui provoque l’effondrement de la grille salariale des 170 000 salariés du secteur.

Aujourd’hui, deux coefficients sont en dessous du SMIC et un troisième est menacé : au 1er janvier 2019, le SMIC est passé à 1 521,22 € alors que les coefficients 120 et 130 de la grille sont respectivement à 1 482,51 € et à 1 501, 94 €. Le coefficient 140 est quant à lui à seulement 1 546,99 €. Même l’augmentation de 1,2% prévue à l’accord du 17 septembre 2018, dont l’extension n’a toujours pas eu lieu, ne suffira pas à modifier cette situation intolérable.

Les organisations syndicales ont demandé d’aborder la question des salaires en priorité lors de la mixte du 18 janvier 2019. Ce à quoi les employeurs ont déclaré ne pas avoir de mandat sur la question des rémunérations.

Les organisations syndicales FO - CFE/CGC - CFDT- CGT et CFTC, ont décidé de prendre leurs responsabilités en suspendant toutes les négociations en cours tant qu’une solution pérenne sur les salaires ne sera pas trouvée.

Pour rappel, à l’occasion du colloque du Club des Directeurs de la Sûreté et de la Sécurité des Entreprises (CDSE) le ministre de l’intérieur Christophe CASTANER, avait déclaré le 18 décembre 2018 « Le secteur de la sécurité privé aspire, et c’est légitime au vu des efforts déjà consentis, à entrer dans l’ère de la maturité et de la confiance ». Il avait ensuite annoncé la suppression de la taxe CNAPS en déclarant que 2019 serait sa dernière année de paiement, ajoutant « qu’il s’agit là d’un geste concret et d’un effort important qui doit contribuer aux choix sur les investissements nécessaires pour renforcer l'attractivité des métiers de la sécurité ».

Pour les organisations syndicales, l’attractivité passe par une reconnaissance salariale digne de ce nom. Aux employeurs et à l’Etat d’assumer leurs responsabilités.

Solidarauto : un réseau de garages solidaires pour favoriser la mobilité et l'insertion professionnelle

Parce que le véhicule motorisé est quasiment indispensable dans les services à la personne, nous vous proposons cette information :

Les garages Solidarauto, soutenu par le Secours Catholique,favorisent la mobilité personnelle pour faciliter l’insertion professionnelle et sociale par la vente, l’entretien/réparation et la location de véhicules. 

Il est possible de louer un véhicule, d’en acheter un, faire réparer le sien ou le faire entretenir. Les véhicules à vendre sont issus de dons.

Les particuliers qui peuvent bénéficier de ces prestations, doivent avoir un quotient familial justifiant l’obtention d’aides sociales, soit bénéficier d’une prescription d’un travailleur social. Chaque garage a fixé une limite de Quotient Familial pour bénéficier de ces tarifs Solidaires.
Pour consulter les modalités précises du garage le plus près de chez vous, allez sur 
Nos Garages.

Grève du personnel de la chambre de métiers et de l’artisanat de la Seine-Saint- Denis ce mardi 15 janvier à l'appel de la CFDT

La CFDT a déposé un préavis de grève auprès de la direction de la Chambre de métiers et de l'artisanat de la Seine-Saint-Denis (CMA 93) et appelle l’ensemble des agents de cet établissement public à se mobiliser le mardi 15 janvier 2019.

La dégradation des conditions de travail qui génère des situations de souffrance chez de nombreux agents voire des démissions, la surcharge de travail et les dysfonctionnements dans l’organisation des services ont conduit la CFDT à déposer ce préavis

La CFDT demande le respect des textes et des personnels, l’ouverture de négociations sur ces conditions de travail et d’envisager des recrutements pour permettre à la CMA 93 d’assurer ses missions de service public.

Réforme de la formation professionnelle : la branche professionnelle des entreprises de Services à la Personne désigne majoritairement l’OPCO des « Services de Proximité »

Dans le prolongement de la publication du rapport1 de la mission confiée à MM. Jean-Marie Marx et René Bagorski par Mme la Ministre du Travail et suite à la promulgation de la loi du 5 septembre 2018 portant réforme de la formation professionnelle2, les organisations syndicales de salarié(e)s et les organisations patronales de la branche des entreprises de Services à la Personne ont mené un travail de réflexions et de négociation dont l’aboutissement est la signature majoritaire d’un accord de branche en date du 19 novembre 20183 désignant l’OPCO des « services de proximité ».

Cette désignation s’inscrit dans le cadre d’un calendrier contraignant avant le 31 décembre 2018 toutes les branches professionnelles à se positionner en faveur d’une filière de rattachement partageant des enjeux communs de compétences, de formation et de mobilité.

Estimant que le futur OPCO des « services de proximité » serait garant d’un accompagnement de qualité pour toutes les entreprises et les salarié(e)s de la branche, mais aussi d’une cohérence dans la prise de compte des enjeux de professionnalisation des métiers des Services à la Personne et aux familles de la « naissance au grand Âge », les partenaires sociaux de la branche signataires réaffirment ainsi une volonté forte d’ouverture porteuse de synergies permettant la création de parcours professionnels sécurisés et attractifs.

Ainsi, compte tenu de sa cohérence économique et de clientèle, des enjeux de services de proximité, d’une forte pratique de l’alternance au sein des entreprises, des difficultés de recrutement partagés et de valorisation des métiers mais aussi de la capacité d’inclusion par l’emploi, avec le recrutement de jeunes, de personnes peu qualifiées et la possibilité́ d’évolution professionnelle, les partenaires sociaux confirment leur volonté de structuration d’une véritable filière professionnelle porteuse de parcours professionnels sécurisés et évolutifs.

Enfin, cet accord permet à la branche de penser sereinement au futur et d’organiser la continuité des différentes actions de formation et de recrutement portées par la branche pour l’année 2019.

Dès lors, il revient désormais au Gouvernement d’agréer le périmètre des futurs OPCO et donc des filières en constitution. Les partenaires sociaux de la branche rappellent donc ici leur volonté que soit sécurisée cette véritable filière des métiers des services à la personne et aux familles de la naissance au grand Âge.

______________________________

« Les opérateurs de compétences : transformer la formation professionnelle pour répondre aux enjeux de compétences » - Rapport de la mission confiée à MM. Jean-Marie Marx et René Bagorski par la Mme la Ministre du Travail - 24 août 2018.

 Loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

3 Accord du 19 novembre 2018 portant désignation de l’opérateur de compétences dans la branche des entreprises de services à la personne (IDCC 3127).

 

L’engagement des militants CFDT récompensé par une première place chez Kookai !

Ces dernières années, la marque de prêt-à-porter Kookaï a subi de plein fouet les répercussions du plan de relance du groupe Vivarte. Vendue en juillet 2017 à l’entreprise australienne Magi, les militants CFDT n’ont jamais lâché les 422 salariés de cette enseigne et se sont battus pour sauvegarder leurs emplois en France. Un engagement récompensé aujourd’hui aux élections du comité social et économique (CSE) : l’équipe CFDT obtient 56,33% de représentativité, ce qui la maintient à sa place de syndicat majoritaire !

Elle est suivie par FO qui obtient 43,67% de représentativité et par la CGT qui, avec seulement 1,25% des voix, n’est pas représentative.

Sur les onze sièges du CSE, la CFDT en occupera donc six pour les quatre prochaines années, ce qui lui permettra de continuer à œuvrer pour préserver les emplois et l’employabilité, pour obtenir de meilleures rémunérations et pour améliorer les conditions de travail des salariés au quotidien.

Félicitations à toute l’équipe pour ce superbe résultat plus que mérité !

Foncia : la CFDT et la CFTC s’adressent aux responsables pour le versement d'une prime aux 7500 salariés du groupe

Les organisations syndicales représentatives chez Foncia, la CFDT et la CFTC, ont adressé un courrier commun aux responsables du groupe pour le versement d'une prime exceptionnelle. Dans ce courrier, la CFDT et la CFTC soulignent : " Le Groupe Foncia, fort de sa position de numéro 1 dans l’administration de biens en France, fait preuve depuis plusieurs années d’une croissance exponentielle et d’un chiffre d’affaire en constante évolution positive." et rappelle que plusieurs grandes entreprises ont déjà déclaré verser cette prime à leurs salariés.

A l'initiative de cette démarche, la CFDT est déterminée à obtenir gain de cause. 

Flunch : l'intersyndicale CFDT, CFE/CGC, CFTC ,CGT et FO fait bloc et ne signe pas le PSE

Le 30 octobre 2018, après seulement 5 séances de négociations, aucune organisation syndicale n’a signé le projet d’accord majoritaire de Plan de Sauvegarde de l’Emploi présenté par la direction de la SAS Flunch concernant la fermeture de quatre restaurants et la suppression de plus de 80 emplois. Et dans le prolongement, le Comité Central d’Entreprise, lors de sa réunion du 13 novembre, n’a pas rendu d’avis sur le projet de PSE unilatéral.

Pour quelles raisons les représentants du personnel n’ont pas signé ou rendu d’avis :

- La direction de FLUNCH s’appuie sur des difficultés économiques hypothétiques. Les résultats de notre entreprise sont excellents permettant à la direction la distribution de dividendes aux actionnaires de 4 millions d’euros en 2016, 8 millions d’euros en 2017 et enfin l’année où la société met en oeuvre deux PSE : 18 millions d’euros en 2018. Un total de 30 millions d’euros de dividendes en 3 ans a été distribué !

- Le périmètre retenu par la direction pour le reclassement n’est pas le bon privant tous les salariés dont le poste est supprimé de possibilité de reclassement et donc de sauver leurs emplois !

- La direction a fait la sourde oreille face aux propositions des organisations syndicales de modifications de l’accord concernant :

1) Des mutations éloignées (plus de 100 km !!) obligeant la plupart du temps ces salariés à se déraciner ;

2) Des solutions de reclassement externe avec prise en charge des frais de formation au plus bas ;

3) Aucune indemnité complémentaire de licenciement économique ; lorsque des entreprises du Groupe Mulliez, même déficitaires (ce qui n’est pas le cas de Flunch), proposent des indemnités supra-légales.

4) Réponse aux agents de maîtrise ou aux cadres souhaitant rentrer dans le processus de reclassement externe : «Vous avez une clause de mobilité contractuelle ; dans le cas contraire, mutation dans un établissement Flunch (compagnie) du bassin d’emploi»

Il faut déplorer cette parodie de négociation au cours de laquelle la direction a traité avec mépris les salariés dont le poste est supprimé alors que les années passées au sein de Flunch ont été souvent synonymes de sacrifices, d’efforts de productivité.

Création d’une coordination régionale CFDT des Chambres de Métiers et de l’Artisanat Centre Val de Loire

Les délégués syndicaux et représentants du personnel CFDT des CMA et de la CRMA de la région Centre Val de Loire se sont réunis à Blois le 30 novembre dernier pour échanger sur le sujet de la régionalisation annoncée pour janvier 2021, en présence de Gilles Lory, secrétaire général de l’URI CFDT, Eric Fraipont, CREFOP, et de deux élus nationaux CFDT CMA.

Cette première rencontre a permis de faire un état des lieux de la situation de chaque établissement consulaire et il est apparu très vite de grandes disparités. La journée s’est conclue par la création d’une « coordination régionale CFDT CMA Région Centre Val de Loire ». De nouvelles rencontres sont programmées dans chaque département de notre région pour préparer bien en amont les futures négociations (accord local RTT, avantages locaux…).

La CFDT est le syndicat majoritaire dans le réseau des chambres de métiers et de l'artisanat et désormais le premier syndicat en France. Rejoignez l'équipe ! 

 

Contacts :

Thomas RAPIN (CMA 37) : 02.47.78.47.00 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sandrine DELHOMENIE (CMA 36) : 02.54.08.70.00 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les départements couverts par la coordination : 18 Cher, 28 Eure Et Loir, 36 Indre, 37 Indre et Loire, 41 Loir et Cher, 45 Loiret.

 

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos