Temps partiel dans la branche propreté : le patronat veut négocier à minima

Spécial Temps partiel dans la branche propreté :  le patronat veut négocier à minima

La Fédération des Services CFDT, moteur de la création d’un socle minimal pour les contrats à temps partiel dans l’Ani du 11 janvier 2013, déplore le peu de volonté de la partie patronale à déprécariser les salariés du secteur propreté.

 

Les négociations, imposées par la loi du 14 juin 2013, n’ont toujours pas « réellement » débutées.

 

La FEP (fédération patronale) propose un texte tellement caricatural qu’il est difficile d’en faire un document de travail. Les deux premières réunions n’ont pas servi à engager la négociation mais à définir trois nouvelles dates de rencontre.

 

Pour rappel, ce secteur d’activité compte 60% de femmes et un taux d’utilisation du temps partiel de 75%.

 

La CFDT souhaite donc utiliser cette négociation pour mettre un terme à cette précarité qui pénalise d’abord les femmes.

 

La Fédération des Services CFDT revendique :

 

La mise en place d’une base contrat minimum permettant aux salariés de vivre dignement
 
La limitation des coupures de travail quotidiennes.
 
Le paiement des heures complémentaires au même taux que les heures supplémentaires.
 
Une plus grande accessibilité à des formations qualifiantes pour les salariés les moins formés.
 
Le retour au droit commun concernant la possibilité d’effectuer des heures complémentaires au-delà d’un pourcentage du temps de travail prévu au contrat.
 
Le paiement des cotisations sociales patronales retraite sur la base d’un taux plein pour les salariés à temps partiel comme le permet le code de la sécurité sociale.
 
Le respect des périodes de repos hebdomadaire et quotidien.
 
L’engagement de la branche de privilégier le travail de jour et de normaliser les critères de choix des appels d’offres pour éviter la prime au « moins disant ».
 
La mise en place d’un 13ème mois.
 
Un suivi régulier dans la branche du recul du temps partiel

 

Laissez un commentaire

Attention, merci d'indiquer vos nom, prénom et votre adresse email réelle (éventuellement votre page web réelle). Les abus seront supprimés !

De même, votre commentaire doit être en relation directe avec l'article.

Si vous n'êtes pas adhérent à la CFDT, merci d'indiquer votre lieu de travail afin de vous orienter au mieux.

Pour des réponses plus rapides ou plus précises, merci de contacter directement votre syndicat CFDT.

Outils

A propos