Hôtellerie, Tourisme, Restauration

Salariés de la branche des Hôtels, Cafés, Restaurants : profitez du confinement pour améliorer gratuitement votre orthographe !

10 à 20 minutes  de formation gratuite par jour, et vous deviendrez champion·ne d'orthographe ! 

Votre convention Collective est celle des Hôtels, Cafés, Restaurants ?

Votre mutuelle santé est Malakoff-Humanis ?

Votre prévoyance est Klesia ?

Vous pouvez gratuitement profiter d’une offre de formation pour parfaire votre orthographe et celui de toute la famille.

Le Projet Voltaire et les Instituts de Prévoyance et de Mutuelle de la branche ont signé un accord qui permet à chaque salarié.e du secteur de bénéficier gratuitement de l’inscription de 4 personnes pour améliorer de façon ludique son orthographe.

Pour vous lancer, rien de plus simple.

Munissez-vous de votre carte de mutuelle ou d’un relevé de prestation de prévoyance.

Allez sur le site suivant : https://www.hcrsante.fr/

Cliquez sur le lien de la première information déroulante.

Activité partielle : l’indemnisation des salariés à temps complet des hôtels, cafés, restaurants, est prise en compte sur la base de 39h

Les mesures prises pour améliorer la prise en charge de l’activité partielle faisait l’impasse sur la prise en compte de la durée de travail fixée à 39h depuis l’accord de branche signé et étendu en 2007 (avenant du 5 février 2007 à la CCN HCR). Conséquence : l’indemnisation maximum des salariés et des employeurs sur la base de 35 heures.

 L’ensemble des organisations patronales et les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO de la branche ont adressé un courrier commun pour alerter le ministère du Travail sur « la perte de rémunération de 10% de leur rémunération en plus du différentiel subi comme tous les salariés des autres secteurs d’activité (70% du brut / 84% du net).

Cette action commune a permis d’obtenir rapidement gain de cause : Le ministère a revu rapidement sa copie et un nouveau décret devrait être publié.  

Les salariés et les employeurs pourront être indemnisés sur la base maximum de 39 heures. 

Une satisfaction pour la CFDT qui est plus que jamais vigilante sur la publication des nouveaux textes législatifs et des conséquences sur les salariés de ses secteurs.  

Une démonstration que le dialogue social entre partenaires responsables et solidaires permet de faire avancer les droits des salariés. Il faut pour cela s’en donner la peine, la CFDT le fait toujours.

La branche HCR, c’est :

840 000 salariés dont environ 200 000 saisonniers

60% de temps complets

41 000 apprentis

200 000 entreprises 

9 entreprises sur 10 sont des TPE

 

La CFDT demande la prise en charge de l’activité partielle pour tous les salariés de la restauration rapide. Non aux livraisons de confort, oui à la sécurité des salariés !

Pour rappel, après les annonces du Président de la République de fermer à l’accueil du public l'ensemble des commerces non vitaux dont la restauration, la vente à emporter, le drive et la livraison à domicile ont été autorisés à poursuivre leur activité.

Le SNARR, l’organisation principale de la branche restauration rapide, a posé un ensemble de questions au ministère du travail.

La diffusion de ce questions/réponses provoque un vent de panique parmi les salariés qui en ont pris connaissance, en raison de l’indication selon laquelle l’activité partielle ne serait pas prise en charge pour les restaurants fermant leur activité de livraison et de vente à emporter.

Leur crainte : la réouverture de leur établissement du fait qu’ils seraient exclus du dispositif d’activité partielle.

La CFDT Services rappelle, qu’en cette période de crise sanitaire, elle n’est pas opposée aux livraisons essentielles (médicaments, livraison de repas à nos aînés…) dans des conditions de sécurité mais s’oppose à toute forme de livraisons de confort. La CFDT Services refuse de mettre en danger la santé de milliers de salariés de ce secteur. 170 000 salariés attendent des clarifications sur leur accès au dispositif d’activité partielle. Aucun établissement de la restauration rapide :

  • ne peut garantir la mise en place des gestes barrières ;
  • ne peut équiper ses salariés d’équipements de protection individuelle nécessaire ;
  • ne peut garantir la sécurité sanitaire des salariés dans leur espace de travail (cuisine en particulier) ;
  • ne peut garantir la sécurité des salariés utilisant les transports en commun.

Les locaux de ces établissements (vestiaire et cuisine) ne sont pas adaptés au respect de la distanciation sociale (1 mètre de distance pour la réalisation des tâches). Pire, le travail s’effectue à la chaîne pour respecter l’hygiène et le process industriel.

Il existe donc un risque réel de contamination entre salariés et entre salariés et clients.

La CFDT Services exige du gouvernement qu’il ferme les entreprises de restauration rapide (y compris drive et livraison à domicile) et leur ouvre l’accès au dispositif d’activité partielle.

Création d’un fonds solidaire COVID19 pour les salariés et les entreprises de la branche hôtels, cafés, restaurants

Les hôtels, cafés et restaurants sont particulièrement impactés par la crise sanitaire Covid-19. La fédération des Services cherche à activer tous les leviers pour venir en aide aux 800 000 salariés de ces secteurs. Elle a ainsi été très active auprès des partenaires de la protection sociale. Les discussions ont abouti à la création d’un fonds solidaire de protection sociale COVID19 par KLESIA, MALAKOFF HUMANIS, OCIRP et AUDIENS.

Ce fonds permettra aux centaines de milliers de salariés et d’employeurs de la branche d’être exonérés totalement de cotisations pour le second trimestre 2020 et de continuer à être protégés quelle que soit leur situation*. Aucune cotisation ne sera prélevée ce second trimestre aux entreprises et salariés adhérents au contrat HCR Prévoyance Santé, la prochaine échéance étant reportée au mois de juillet pour les salariés.

« A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. Ce fonds solidaire a pu être créé grâce aux réserves mutualisées des partenaires de la protection sociale sans pour autant que cela ne mette en péril le régime. Nous devons être solidaires, pour les salariés et les entreprises qui, demain, devront se reconstruire. C’est le point de divergence avec la CGT et FO qui ont refusé pour l'heure de se positionner sur ce principe de solidarité » explique Stéphanie Dayan, secrétaire nationale à la fédération des Services.

Pour ce qui est du fonds d’action sociale du régime Hôtels-Cafés-Restaurants assuré par les groupes KLESIA, MALAKOFF HUMANIS, OCIRP et AUDIENS, il se dote d’un budget exceptionnel supplémentaire de 1 million d’Euros pour continuer d’instruire les situations les plus urgentes.

La fédération des Services s’engage pour que le sens des responsabilités et l’esprit de solidarité de la branche HCR trouve un écho dans les branches professionnelles de son champ qui rassemblent beaucoup de salariés souvent précaires (Commerce, propreté, prévention sécurité, professions judiciaires, salariés du particulier employeurs, immobilier, travail temporaire).

* suivant les dispositions contractuelles habituelles pour le second trimestre 2020.

13e mois : justice pour les salariés de TUI. Le tribunal de Nanterre donne raison à la CFDT et condamne l'entreprise !

Dans son jugement du 11 février 2020, le TGI a statué en faveur de la CFDT concernant le versement du 13e mois.

Concrètement, cela veut dire que l’inégalité de traitement a été reconnue et que TUI va devoir verser le 13e mois aux salariés lésés, et des sommes supplémentaires pour les dommages causés.

C’est une très bonne nouvelle pour les salariés qui auront cette régularisation au plus tard le 1er avril 2020 (l’entreprise devant payer des sommes supplémentaires en cas de retard).

La CFDT est heureuse de cette décision qui représente ce pour quoi nous nous battons : la reconnaissance et l’application des droits des salariés, la solidarité et les victoires collectives.

Nous sommes déçus par la direction de TUI, qui, au lieu de reconnaître son erreur immédiatement, a d’abord discrédité cette revendication de l’équipe CFDT, nous obligeant à la porter devant la justice.

Persistant dans le contentieux, elle fera appel de la décision, c’est pourquoi nous tendons la main aux autres organisations syndicales pour, qu’avec nous, elle demande le retrait de cet appel et respecte enfin les salariés concernés.

En attente de cette initiative et du versement, nous nous permettons tout de même de saluer l’action de notre équipe, initiée par Stéphanie Dayan et suivie ensuite par Marie Hélène, Nia, Pascale avec le soutien de toute la CFDT TUI, qui a tenu bon sur ce dossier difficile.

Si vous souhaitez plus d’infos, n’hésitez pas à contacter l’équipe CFDT à  : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Outils

Partenaires

A propos